Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée
Phorum
Sujet posté par Celestin83 
Les Guerres Baaliques (texte d'ambiance)
ven. 02/08/19 15:48
Le Conseil des Treize de la Seconde Cité

Voici l'histoire des plus corrompus des enfants de Cain, ceux qui vendirent leurs âmes au Prince des Mensonges.

Cain qui sacrifia son frère par amour et fut injustement maudit par le Très-Haut.

Cain qui fut condamné à errer seul sur la terre pour l'éternité, exilé au pays de Nod, sans jamais connaître le repos de la tombe.

Cain qui transforma sa malédiction éternelle en force, une fois apprit les noirs secrets de la Magie du Sang offert librement par Lilith l'Insoumise, qui connaissait le Vrai Nom de l'Éternel et qui devint la Sombre Reine, Mère des Démons.

Cain qui offrit son Baiser à ses trois élus, Enosch le Noble, Irad le Fort et Zilla la Belle, afin de régner sur la Première Cité des Hommes pendant des Siècles.

Cain qui mit en garde ses trois enfants contre le fait de partager leurs malédictions avec les mortels, mais qui ne fut pas écouter.

Cain qui abandonna ensuite les siens quand le Déluge s'abattit sur le Monde, et qui sombra dans un profond sommeil, tandis que la multitude de ses petits enfants se jetèrent comme des loups affamés sur leurs parents et les dévorèrent.

Et de ceux qui survécurent au Déluge, certains se regroupèrent pour se protéger de la colère des Cieux et du retour du Sombre Père, qui viendrait venger la mort de ces enfants.

Et Treize d'entre eux retournèrent vers les enfants de Noé pour y bâtir une cité plus grande et plus puissante que ne fut la Cité d'Enosch et de Cain.

Bien des Siècles après le Déluge, et des millénaires avant la venue du prétendu Fils de Dieu parmi les Hommes, se tenait la Seconde Cité, la plus grande ville de son temps. Plus d'une centaine de milliers d'âmes y résidaient, sous la protection et la domination d'une centaine d'enfants de Cain. Et tous obéissaient au Conseil des Treize Antédiluviens, les plus puissant Vampires de leur temps, qui se sont abreuvés du sang de leurs parents, et qui pour cela subiront mille malédictions. Sous la domination des Enfants de Cain, la Cité conquis toutes les terres avoisinantes et nulle armée ne pouvait défier ses remparts. Les vampires ne se nourrissaient alors que des criminels et des esclaves, épargnant les citoyens les plus serviles et les plus aptes, évitant de tuer leurs proies.

La Seconde Cité était à l'abri des autres tribus des hommes, avec leurs outils en pierre et en bronze. Ses hauts remparts la protégeait des Bêtes de la Lune, terribles prédateurs sauvages, dont les meutes dévoraient les mortels et les immortels qui s'aventuraient hors de la cité. Du monde entier, des visiteurs venaient s'y établir et voir de leurs yeux les maîtres de la cité, les nobles immortels qui traitaient ses habitants comme le berger traite son troupeau. Oui la prospérité était grande, la gloire était grande, et l'harmonie régnait entre les Cainites et les mortels et rien, hormis le Créateur lui-même, n'aurait pu ébranler le règne des Treize et de leurs enfants.

Ils s'étaient partagés le pouvoir et le règne et tous chantaient ses paroles :

« Honorez Brujah la Poète, Malkav l'Eclairé, Saulot l'Immaculé et Cappadoce l'Immuable, sages parmi les sages, les Maîtres du Savoir et de la Connaissance qui percent le secret des astres et du Monde.

Obéissez à Veddartha (Ventrue) le Juste, Lasombra le Ténébreux, Arikel (Toréador) la Grande et Haquim l'Impitoyable, nos Grands Juges, les Maitres des Lois et du Culte de Cain, qui percent le cœur des âmes et des Hommes.

Soumettez-vous à Enoia (Gangrel) la Redoutable, Seth le Charmeur, Absimillard (Nosferatu) le Maître des mots et Tzimisce le Cruel, nos nobles Généraux, les Maîtres des Milices, des Armées et des Explorateurs, qui percent le corps de nos ennemis et des monstres.

Acclamez le retour de Ravnos le Voyageur, qui explore sans relâche les confins de l'Orient où l'Ardent Soleil se lève. »


Souvent, les Treize envoyés leurs troupes en quêtes d'esclaves ou de sacrifices parmi les tribus nomades qui entouraient la cité. Un jour, Enoia et ses infants ramenèrent des captifs venus d'une lointaine ville en ruine, brûlé par les flammes, au sud de la Seconde Cité. On l'appelait Gomorre la maudite. Seul Nergal, un prêtre, et quelques fidèles étaient restés sur les ruines de cette ville, affamés et assoiffé, clamant que les dieux de la Lune et des Etoiles avaient punis leur peuple. Ils priaient pour un signe des Cieux, et c'est sous la forme de Enoia la Redoutable que le Destin leur répondit. Nergale et les siens virent dans les Treize des sauveurs, les envoyés des dieux de ses ancêtres, et il souhaita se mettre à leur service et propager sa foi à ses habitants.

Nergal semblait être un homme de grand savoir, de belle allure, et avait connaissances de territoires lointains, inconnus de ceux d'ici, et grande était sa foi. Mais les Treize étaient divisés, la plupart souhaitait seulement se repaître de ces étrangers.
Seth et Malkav avaient un mauvais pressentiment, et Lasombra ne voyait pas l'utilité d'accepter le représentant d'une religion étrangère.
Arikel désirait se nourrir de lui, car sa peau était d'une couleur unique et ses traits fins.
Seul Brujah et Saulot compatirent au récit du prêtre. Saulot accepta de les prendre sous sa garde et offrit même l'Etreinte à Nergal, seul moyen de sauver sa vie et d'empêcher ses frères de le dévorer.

Tous furent surpris car jamais Saulot n'avait donné le Baiser de Sang auparavant, mais l'Immaculé déclara que cela était juste. Et désormais on le nomma Saulot le Compatissant, car même s'il avait taché son âme à jamais, son cœur restait pur. Et il choisira parmi les meilleurs des mortels des Infants prestigieux qui feront la gloire de son Sang, comme Samiel le Guerrier, dont le courage et la noblesse d'âme fera honneur à son Sire.

Le Messager des Dieux

Pendant quelques siècles, Nergal servit les Treize comme Infant de Saulot. Il suivit ses enseignements, appris l'histoire de Cain et de Lilith. Et il était fort apprécié parmi les Infants des Treize, aussi apprécié que Troile le Brave, l'héritier de Brujah, au point qu'Arikel s'en amouracha et en fit l'un de ses amants. Mais après quelques temps, la déception naquit dans son cœur. De prime abord enchanté par ses nouveaux maîtres, qu'il prenait pour des dieux, et sa condition d'immortel, le doute finit par gagner son âme avec les années. Les Treize n'avaient rien en commun avec les dieux de ses pères, et il s'aperçut de leurs vils comportements, indignes d'êtres divins.

Il apprit pour Absimillard, qui se repaissait du sang des jeunes enfants. Il entendait les cris des prisonniers que Tzimisce torturait pour le plaisir. Il vit le vrai visage d'Arikel, son amante, qui laissait vivre le Beau et le Poète mais condamnait les autres sans remords, faisant peu de cas de leurs crimes ou mérites. Malkav et Cappadoce étaient de grands sages, mais leurs cœurs étaient endurcis et ils ignoraient les suppliques de ceux qui étaient condamnés, perdus dans leurs études et leurs recherches sur les secrets des astres. Ravnos était un ouragan de calamité qui n'avait que faire de son prochain. Enoia ne voyait dans les hommes que du gibier au mieux des proies au pire. Et bien que Verddatha, Seth et Lasombra avaient l'orgueil des dieux, ils n'en avaient point la sagesse.

Seul Saulot restait digne de vénération à ses yeux, car ses infants étaient élevés dans le plus grand respect des hommes, mais il refusait toute adoration. Il répétait que seul Cain et son Créateur devait être vénéré. Les Caïnites n'étaient ni anges, ni esprits, et ils étaient soumis aux caprices du Destin, comme les mortels, répétait t'il inlassablement. Mais Nergal avait besoin de croire et de faire ce qui est juste à son cœur. Alors il pria à nouveau les dieux de ses ancêtres. Et une nuit une voix répondit, dans les Ténèbres.

Les nuits suivantes, Nergal dispensa son enseignement à ceux de la Seconde Cité. Il expliquait que les Treize accomplissaient la volonté des dieux véritables, mais qu'ils n'étaient que leurs sujets. Comme Saulot, il guérissait les malades, résolvait les conflits des citoyens, enseignait aux enfants et aux vieillards et jamais ne prenait la vie ni ne succombait à la Soif. Il était admiré de beaucoup, et les gens le surnommait « le Bienveillant ». Et certains commencèrent à se tourner vers lui, plutôt que vers les Treize, quand ils cherchaient des réponses à leurs questions et des solutions à leurs problèmes.

Et il arriva une nuit où Lasombra et Seth, parcourant la cité, entendirent les citoyens dirent de grands biens de l'Infant de Saulot. Ils remarquèrent les symboles de Lune et des Etoiles sur leurs mains et ceux de leurs enfants, car c'était là les marques de ceux qui suivaient les enseignements de Nergal. Et la jalousie naquit dans leurs cœurs.

Peu après, Lasombra et Seth firent convoquer l'Infant de Saulot devant le Conseil des Treize afin qu'il corrige son comportement. Ils l'accusèrent de détourner les mortels de leur influence et de professer une religion étrangère à celle de Cain. Mais la foi de Nergal avait été affermie, et forte était sa volonté. Alors il demanda si les Treize étaient des dieux. L'ensemble du Conseil répondit par la négative, car la loi de Cain était claire et un grand châtiment attendait celui qui prétendait usurper le Créateur. Personne ne désirait voir un Déluge s'abattre de nouveau sur le monde. Et bien que les citoyens de la Seconde Cité voyait des êtres divins en leurs maîtres, aucun d'eux ne pouvait se reconnaître ce titre, bien que cela flattait leurs égos.

En ce cas, Nergal déclara qu'il était le représentant des dieux véritables, de Ceux d'En Dessous, dont les yeux brillent dans les Ténèbres comme les étoiles et qu'il accomplissait son rôle en faisant connaître son message. Il assura que ce n'est pas lui qui était jugé en ce jour, mais les Treize, et que leur refus de propager la foi de Ceux d'En Dessous amènerait la ruine sur la Seconde Cité. Tout comme la ville de ses pères fut détruite par les flammes, ainsi brûleront le hérétiques et les égoïstes, qu'ils soient mortels ou immortels.

Les Antédiluviens éclatèrent alors d'un grand rire méprisant. Seul Seth, Saulot et Cappadoce, qui jamais ne s'esclaffait, restèrent silencieux. Seth se leva alors, étrangement inquiet, et déclara que Nergal devait être exécuté sur le champ, son cœur et son âme dévoré par les Treize. Mais Saulot plaida la grâce pour son Infant, et pour les autres Antédiluviens il n'y avait nulle menace, juste les élucubrations d'un sot, que l'immortalité avait fini par rendre fou. Et Saulot était aimé, et respecté.

Alors les Treize acceptèrent de bannir Nergal en dehors de la Cité, aux confins du désert. Là-bas il y expierait ces péchés pendant cent années et, si la Mort Ultime ne le prenait pas avant, il serait autorisé à revenir s'il abjurait sa foi et reconnaissait ses torts. Mais si jamais il répandait la malédiction de Cain par lui-même, il serait traqué et condamné à mort. On le lia trois fois par le Sang pour qu'il soit contraint d'obéir à son châtiment et son sort fut scellé.

Le Conseil désigna Enoia, Malkav et Ravnos comme étant ceux qui l'amènerait à son lieu d'exil. Saulot ne pouvait y participer, mais il insista pour que Malkav, qu'il considérait comme son frère le plus proche, y aille à sa place. Quant à Ravnos, qui n'avait comme seul désir que de quitter cet ennuyeux conseil et de reprendre ses voyages, il refusa d'accomplir cette tâche. Alors, un sourire sur les lèvres, Lasombra se leva et accepta de prendre sa place. Ils s'acquittèrent donc de faire appliquer la sentence.

Quand ils furent arrivés à l'aune du désert, à des centaines de lieux de la Seconde Cité, ils décidèrent cependant qu'il sera plus sage de vider Nergal de son sang, afin que la morsure du Soleil le prenne l'aube venu. Ils avaient certes promis à Saulot d'épargner son existence, mais sans préciser dans quel état. Et Lasombra, bien que moins inquiet que Seth, savait que même si les dieux de Nergal étaient de stupides idoles, la foi pouvait pousser les mortels et les immortels à d'imprévisibles actions. Alors ils se partagèrent sa vitae et le laissèrent pour mort, incapable de bouger, quelques heures avant le lever du Soleil.

Et cela devait être la fin. De Nergal on entendait plus parler. Aucuns murmures, aucuns signes dans la nuit. Nul mortel ou immortel qui s'aventurait en dehors de la Cité ne retrouva sa trace et tous pensèrent que la Mort Ultime l'avait pris. Et l'emprise des Treize s'accrut à nouveau sur la Seconde Cité, bien que quelques habitants espérassent toujours en secret le retour de Nergal, le Messager des Dieux Véritables.

Les 3 Signes Infernaux du Second Shaitan

Durant 13 années, la Seconde Cité continua de prospérer. Mais peu à peu de sombres présages apparaissaient aux yeux des initiés. Malkav avait de sombres visions, celle d'un danger sous formes de flammes ardentes qui brillait au loin, dans les ténèbres. Absimillard qui arpentait souvent en secret les quartiers les plus pauvres de la ville pour s'y nourrir, entendait d'étrangers rumeurs sur des enfants faisant le même rêve, celle de la chute de la Seconde Cité engloutit sous la Terre. Lasombra constatait que de nombreux animaux morts sans raison apparente s'amassait autour du Temple de Cain, et était gagné par un sombre pressentiment.

Enoia constata que les tribus nomades autour de la Seconde Cité avaient disparus, emportant leur progéniture loin de l'influence des Cainites. Il devenait soudain difficile de trouver des proies et des esclaves, alors que le nombre d'Infants de Cain était à son apogée avec presque une centaine d'immortels parcourant les rues. Des accidents envers les mortels devinrent plus fréquents, et même les citoyens les plus pieux et les plus irréprochables n'étaient plus à l'abri des crocs des vampires.

Beaucoup attendait alors le retour de Ravnos pour avoir des nouvelles du monde extérieur, mais ces voyages pouvaient durer plusieurs années. Or cela faisait plus d'une décennie que celui-ci était parti, et l'on ne recevait nulle nouvelle. Et une nuit, peu avant l'aube, se présenta un homme au visage masqué devant les portes closes de la ville. Il hurlait d'une voix forte, et toute la cité pouvait l'entendre :

« Je suis Nergal le second Shaitan de Baal, qui revient avec le savoir des artisans de la Création. Arraché aux griffes de la Mort Ultime par les Légions des Déchus, meurtri et exilé par les miens, je fus amené sur le Toit du Monde pour m'abreuver du savoir des êtres célestes.

Je suis la voix de Ceux d'En Dessous et du Déchu, le Hérault de l'Astre brillant, le Fils de l'Aurore, qui fut injustement banni par l'orgueil de Celui d'En Haut et qui revient accomplir sa vengeance sur la Terre. Tout comme Cain, il fut déchu de la grâce. Tout comme Cain il fut banni, non pas dans les ténèbres, mais dans un lieu de flammes et de souffres, de tourments et de malheur.

Là-bas les âmes des hommes y sont aussi précieuses que l'or, mais celle des Enfants de Cain sont aussi rares et désirables que le diamant ! Et c'est pourquoi les Enfants de Cain seront appelés ses lieutenants, car l'Adversaire a pitié de vous. Maudit par le Très haut, vous serez les bénis des Damnés du nouveau règne à venir.

Aussi le Prince des Nuées vous donne cet avertissement : servez-le et répandez sa gloire. Reconnaissez-le comme Roi et Seigneur, la lumière dans vos Ténèbres, et ouvrez les portes de la ville au prochain coucher du soleil. Il vous délivrera de la Bête qui ronge vos âmes, et vous ne serez plus esclaves de la Soif. Mais refusez et alors les flammes de l'Enfer surgiront du sol et consumeront vos corps et vos âmes. Aux Enfants de Noé de cette cité, éloignez-vous des fausses idoles car Shaitan, le Messager de la Lumière, est envoyé par les Dieux Véritables pour purifier les incroyants et les impies.

A ceux qui porteront la marque des Etoiles et de la Lune, mortel ou immortel, aucun mal ne sera fait. Priez la clémence de Baal, qui vous libérera du joug des fausses idoles. Quand les 3 Signes de l'Adversaire apparaîtront, prenez place auprès de notre Prince des Nuées ou ses légions viendront par milliers pour vous détruire.

Priez pour la venue de l'Astre Brillant, qui purifiera vos âmes. »


Et il répéta sept fois son discours, en faisant le tour de la ville, laissant un mince filet d'un sang noirâtre derrière lui. Et sa voix portait en tout lieu, et tous sortirent de leur sommeil et de leur foyer pour écouter. Et les archers qui tentaient de l'atteindre voyaient leurs flèches manquaient leurs cibles, comme s'il était fait de fumée. Mais les Antédiluviens n'étaient pas du genre à se laisser intimider par un parvenu fanatique et dérangé.

Ainsi Brujah, Verdattha et Tzimisce gagnèrent le haut des remparts, le cœur emplis de colère par ses menaces.

Verdattha cria d'une voix forte :

« Jamais le Seconde Cité n'est tombé et jamais elle ne tombera ! Tout comme Cain refusa de s'agenouiller devant le Très-Haut, notre Sang ne saurait souffrir ni capitulation, ni soumission, encore moins devant des idoles. Nous sommes l'Immortel, et notre règne est éternelle. »

En entendant les paroles de son frère, Tzismisce prit alors la forme d'un Dragon terrifiant, et s'envola pour ne faire qu'une bouchée de l'étranger. Mais quand ces crocs se refermèrent sur ce dernier, son corps se changea en cendre et ses vêtements en fumée. La voix de l'étranger, plus grave, s'éleva alors dans les airs :

« SATAN, ASTARTE, LUCIFER, que les flammes du péché engloutissent les pêcheurs.

BELIAL, MAMON, ASMODEE, que vos légions sèment la discorde dans le cœur des hommes.

ISTHAR, ASTAROTH, MOLOCH, que vos nuées de cauchemars prennent vie pour foudroyer l'impie.»


Alors tout autour de la ville un grand feu s'embrasa, encerclant les remparts. La Seconde Cité était cernée par les flammes. La flamme est l'ennemi mortelle des Enfants de Cain, aussi tous furent saisis de peur, autant que les mortels. Les Treize envoyèrent leurs serviteurs mortels éteindre le feu, mais même l'eau ne pouvait faire s'éteindre ces flammes infernales. Et quand le jour se leva, les Enfants de Cain retournèrent à leurs tombes afin d'y trouver le sommeil. Tous sauf Saulot, que le Soleil ne gênait pas tant qu'il n'était pas soumis à sa caresse, et Verdattha, dont la Volonté était si forte qu'elle lui permettait de résister aux Fléaux des Anges. Ils tentèrent d'organiser les défenses de la ville, au cas où Shaitan serait effectivement accompagné d'une légion, et de découvrir l'origine de la sorcellerie qui entourait les flammes, mais face à ce prodige, ils étaient démunis.

Quand le Soleil fut à son plus haut dans le ciel, le Second Signe apparut. Soudain ceux qui avaient gardés la marque du Soleil et de la Lune sur leur chair sortaient dans les rues, les yeux rougeoyants d'une lueur démoniaque. Ils allaient trouver les demeures de leur maitres, les Infants de Cain, pour leur arracher le cœur et les tuer dans leur sommeil. De leur bouche sortait des flammes, et de leurs mains étaient pourvus de griffes difformes. Et beaucoup de la Quatrième et de la Cinquième Génération périrent ainsi, trahis par leurs serviteurs mortels, surpris et sans défense dans leur sommeil.

Il en fut certains qui atteignirent les chambres des Antédiluviens, mais les goules de ces derniers servaient leurs maitres avec loyauté. Alors de terribles combats éclatèrent partout dans la Seconde Cité. Pire, certains mortels devant tant de prodiges suppliaient le Prince des Nuées de ne pas leur ôter la vie. Et alors eux aussi se changeaient en bête difforme, en possédé dément prêt à dévorer leur prochain. Et partout et en tout lieu, sans que les Antédiluviens ne puissent venir. Seul Veddartha et Saulot arpentèrent les rues, et grâce à leurs prodigieux pouvoirs, parvenaient à repousser ces possédés, mais la morsure du Soleil ne leur permettait pas de prendre le dessus. Et plus le temps passait et plus la folie gagnait la ville.

Quand enfin le soleil se coucha, Lasombra et Arikel furent les premiers à se lever car ils sentirent que le Temple de Cain avait été souillé. Du sang maudit coulait sur les murs, dégageant d'horribles vapeurs toxiques qui brûlaient la chair des fidèles. Et toutes les statues des Treize furent jetés à bas lors des combats de la journée, les servants du temple massacrés, les peintures détruites. Cela emplit le cœur d'Arikel d'une colère infinie contre son ancien amant, par qui elle sen senti trahie. Et les tourments de l'Enfer ne sont rien face à la colère d'une femme abusée. Ses yeux devinrent rouges comme le sang et elle hurla un cri strident, qui s'entendit jusqu'aux portes de la ville. En un éclair elle parcourait les rues, massacrant les passants. Peu importe qu'ils fussent simples mortels, possédés ou bien vampire car nul ne réchappait à son massacre. Et jamais on ne vit Arikel aussi belle et aussi impitoyable qu'en cette nuit et tous les habitants tremblèrent de terreurs et se réfugièrent dans leurs foyers.

Lasombra aussi était emplis de colère mais il ne prit par part au massacre. Au lieu de cela il resta debout, devant les murs du Temple, le regard dur. Et les ombres s'assemblèrent autour de lui, et d'horribles créatures des ténèbres en sortir, que personne n'avait jamais vu. Des monstres d'ombres mi-homme mi bêtes traquaient les possédés dans les rues et les dévoraient. Et les mortels qui étaient sur leurs chemins étaient piétinés. Alors certains étaient pris de fureur et pour la première fois depuis la fondation de la Cité, se retournèrent contre les Infants de Cain.

Et bientôt tous les Antédiluviens prirent goût au massacre et utilisèrent leurs sombres pouvoirs pour affronter l'ennemi en leur cité, car l'influence de Nergal excitait la Bête. Tzimisce devint une chimère terrifiante et sans pitié, Brujah arracha des murs entiers des édifices pour les faire s'écrouler sur les déments qui s'avançaient ; Enoia sortit du sol tel une brume inquiétante et sous la forme d'un loup géant à la fourrure écarlate fondit sur ses proies. Et seul Saulot, Malkav et Cappadoce tentaient de calmer leurs frères, qui semblaient prit de folie. Malkav, qui pouvait voir dans le cœur des âmes, comprit qu'un étrange sort agissait sur la Seconde Cité, un appel à laisser libre court à sa fureur. Et c'est alors que le soleil se couchait que le Troisième Signe apparut.

Soudain les cadavres des morts, les victimes du massacre, se relevaient, prêt à fondre sur les habitants de la Seconde Cité. Tels des pantins animés, l'air dément, ils massacraient les habitants. Et chaque habitant qui tombait revenait possédé d'entre les morts. Et même les Antédiluviens furent pris de frayeur, car jamais il n'avait vu tels prodiges.

La Trahison de Ravnos

Le Chaos régnait partout au sein de la Seconde Cité. Et alors les gardes des remparts firent sonner leurs cornes. Ravnos le Voyageur était aux portes de la ville. Comment avait-il traversé les flammes ? Nul ne le sait. Mais les gardes lui ouvrirent les portes et il rejoignit ses frères dont il sentait la présence. Alors ils calmèrent leur fureur, et protéger par les pouvoirs d'occultation d'Absimillard. Ils prirent conseil à l'abri d'une des tours, sans que nul ne puisse les voir ou les étendre.

Se présentant à eux il dit ces mots :

« Oyez mes paroles mes frères et sœurs des Ténèbres ! Shaitan a écarté les flammes devant moi pour que je puisse témoigner de ce que j'ai vu et vous apporter son message. Je reviens des confins du monde, là où nul d'ici n'a posé les pieds. De nombreux peuples se sont unis derrière l'Etoile du Matin, l'Astre de l'Aurore, un enfant de Dieu qui fut déchu, le premier d'une légion infinie d'esprits corrompus et mauvais. Et tous se sont mis en marche vers nos terres.

Guidé et convertis par Nergal, qui a vendu son âme à Baal, l'Ange Déchu, personne ne peut arrêter les forces de son Empire. Et même les Bêtes de la Lune fuient sur leurs passages, et même les Eveillés s'écartent devant ses forces impies. Ils ont anéanti les tribus autour de la Seconde Cité, tuant ou convertissant les hommes et les femmes. Quand son armée arrivera, nous devrons ouvrir les portes ou périr. »


Inquiété par les paroles de Ravnos, Seth, Cappadoce et Absimillard proposèrent d'abord de négocier avec Baal. Peut être pouvait il partager ses secrets avec les Treize, sans devoir corrompre leur nature ? Peut-être les troupes de Nergal pourrait renforcer celle de la Seconde Cité ? Mais Malkav qui voyait les vraies intentions de l'Adversaire, les mirent en garde, car les Maitres de Nergal ne désiraient pas de négociation : seulement la soumission et le massacre. D'autres, comme Enoia, Lasombra et Tsimisce, ne juraient plus que par la vengeance, quitte à ce que tous les mortels périssent. Mais Veddharta, Arikel et Brujah, revenue à la raison grâce à Saulot, les raisonnèrent, car cette guerre ne pouvait signifier la fin de leur œuvre et il ne voulait pas voir leur magnifique cité en ruine.

Alors certains se mirent à blâmer Saulot, qui avait étreint Nergal et l'avait épargné treize années plus tôt. Et la division reprit ses droits et les Antédiluviens étaient prêt à s’entre-déchirer, car la Bête était forte en eux, et que les sortilèges blasphématoires qui s'étendaient sur la cité excitait celle-ci. Mais alors Le Compatissant eut comme une vision et il prononça des paroles étonnantes. Il demanda l'aide de Cappadoce et Malkav car il pensait pouvoir rompre le sort maudit qui faisait revenir les morts à la vie. Tout les autres devraient se rendre sur les remparts et affronter l'Armée de Baal à venir.

Cappadoce offrit de s'occuper des morts revenus à la vie et des ennemis intérieurs, accompagné de Absimillard, Haquim et Arikel. Tous sauf Ravnos, qui connaissait son rôle à venir et qui devait obéir à sa nature et retourner voir son nouveau Maître, car tel est la Volonté de Cain. Et tous furent étonnés par ces paroles et Ravnos sourit et montra la marque de la Lune et des Etoiles sur sa main droite, la marque de Baal. Il dit qu'ils se reverraient sur le champ de bataille et il disparut en un instant, comme s'il n'avait jamais existé. Et grande fut la colère et l'incompréhension parmi les Antédiluviens, et tous jurèrent que Ravnos paierait sa trahison par la Mort Ultime.

Alors les Antédiluviens et leurs infants, unis par leur haine de Ravnos et de Nergal, suivirent le plan de Saulot. Et il était temps car une grande armée encerclait désormais la ville. De toutes couleurs et de toutes contrés, les soldats avaient la marque de Nergal sur la main ou sur le front. Pour chaque soldat de la Seconde Cité, il y en avait trois dans l'armée du Déchu. Et certains parmi eux étaient des Infants de Nergal, du Sang de Cain, mais leurs yeux rougeoyaient intensément. Eux aussi habité dans leurs âmes des légions néfastes et corrompus d'anges déchus, et cela amplifiait en eux le Don de Cain, et les flammes ne leur causait ni douleur ni crainte.

Mais les Treize n'allaient pas laisser leur cité tombée aussi aisément. Chacun avait développé le Don de Cain qui lui était propre, et leur maîtrise des Disciplines enseignés par Lilith était grande. Et pour la première fois, ils allaient déployer leurs sinistres pouvoirs jusqu'à faire trembler la Création elle-même. Et chacun combattit la horde démoniaque à sa manière, et selon sa nature.

Les Damnés face aux Déchus

Pendant que Saulot préparait son rituel de sang en secret, Malkav projetait des images des attaques ennemis dans l'esprit des soldats de la Seconde Cité, grâce au Murmure de Cain, coordonnant les efforts des défenseurs de la Cité.

Tout d'abord, on vit Cappadoce et Arikel s'en aller au contact de l'armée des morts déchaînés. Et face à l'aura divine d'Arikel, devant lequel mortel et immortel s'inclinaient, les morts baissaient leurs regards. Car forte était l'emprise d'Arikel sur les êtres de ce monde, et ceux qui tentaient de l'atteindre ne pouvaient la toucher, car elle se déplaçait avec grâce et rapidité, et le monde semblait arrêter sa marche autour d'elle. Et les dagues entre ses mains tranchaient les rares êtres qui tentait d'arrêter sa marche. Alors Capaddoce, pour qui la Mort n'avait nul secret, utilisa son savoir et apposa ses mains ensanglantées sur ceux qu'Arikel enchantait ou mettait à terre. Et alors il s'écroulait et redevenait de simples cadavres, car sur Cappadoce la Mort et ses suivant n'avaient pas d'emprise. A la fois lumière et ténèbres, ils mirent rapidement fin à l'insurrection des morts et la cité fut débarrassé de ses ennemis intérieurs.

Dans les rues de la ville, Haquim et Absimillard traquaient les mortels et les jeunes vampires possédés qui s'étaient fait gravés la Marque de la Lune et des Etoiles. Invisible, silencieux, connaissant les rues de la ville mieux que quiconque, ils étaient le duo de la Mort Silencieuse, qui prend par surprise et à laquelle nul ne réchappe. Sans un bruit, tel des ombres, ils abattaient leurs cibles une à une, et peu à peu une peur insidieuse gagné les traitres. Haquim, avec sa lance empoisonnée, et Absimillard à la force prodigieuse, firent s'abattre le châtiment sur les traitres et les fous corrompus de la Seconde Cité.

Du haut des remparts sud, Verddatha, Seth et Brujah rejetèrent les assaillants qui grimpaient comme des araignées voraces sur leurs murs. Et devant eux se tenait le courageux Troile, à la fois enfant et infant de Brujah, dont nul ne surpassait le talent à l'épée. Mais les possédés de Baal crachèrent soudain des flammes et de la fumée, et Troile ne put contenir la Bête en son âme. Tentant de fuir les lieux, il chuta et son corps sombra au sein de l'armée des Déchus, en bas des remparts. Voyant cela, Brujah fut alors envahit par la peur pour son enfant, vite remplacée par une fureur immense. La Bête ravagea son âme et de son poing, elle fendit en deux les remparts devant elle, faisant s'écrouler le mur entier. Par centaines, les possédés furent écrasés par les blocs de granit, et Brujah atterrit d'un bon prêt du corps de son amant, qui allait être taillé en pièce.

Et grande fut l'inquiétude de tous les vampires de la ville, car quand un Antédiluvien laisse exprimer sa Bête il devient une incontrôlable force de destruction ; et nul n'égalait Brujah dans ses colères. Lorsqu'elle frappait le sol, la terre s'ouvrait tel un séisme engloutissant tout sur son passage, alliés comme ennemis. Alors Malkav pressenti que la colère de Brujah amènerait la fin de la Seconde Cité et il recommanda a Verddatha d'agir par la pensée, car il était le seul dont la volonté pouvait faire plier celle ci. En effet, le regard de Verddatha était comme un étau sur l'esprit de celui sur lequel il se pose et la volonté de l'Antédiluvien était si forte que nul jusqu'à présent n'était parvenu à s'y soustraire. Utilisant son pouvoir, la Bête de Brujah se rendormit, et celle-ci pu se mettre à l'abri avec son enfant blessé, Troile. Retrouvant le calme et la sagesse légendaire qui l'habitait, Brujah prit son infant dans ses bras et disparue en un instant. Elle se retrouva au cœur de la Cité, comme si elle s'était téléporté en un éclair du champ de bataille au Temple de Cain. Troile le fier, qui pour la première fois envia le pouvoir de sa mère, ne put que se résoudre à se replier...

Ensuite le regard de Verrdatha brilla d'une lueur jaunâtre, presque dorée, et alors les assaillants furent pétrifiés, incapables de bouger. La volonté de l'Antédiluvien pouvait s'opposer aux esprits corrompus qui parasitait l'âme de ses ennemis, et alors pour la première fois, Baal entrevit la défaite. Rejoignant ses troupes il invoqua d'obscurs chimères démoniaques, des démons difformes, parodies hybrides d'hommes et d'animaux, pour attaquer le Seigneur des Ventrues.

Mais c'était sans compter sur Seth et Enoia. Seth, dont le sang était déjà lié aux Ténèbres bien avant son Étreinte, et qui parcourait déjà les Abysses avant même que les Déchus ne les souillent de leurs infectes présence, mêla son sang au sable. Alors une myriade de créatures fabuleuses sortit des profondeurs du désert : des serpents aussi grands que des arbres, des scorpions féroces à taille humaine, une nuée infinie de scarabées qui dévorait tout ce qui sortait des flammes de Baal.

Quant à Enoia elle revint sur le champ de bataille sous la forme d'une brume immense. Ignorant le linceul de flamme grâce à cela, elle ramena avec elle une infinité d'animaux venus de tous les coins de la terre : des loups et des hyènes, des aigles et des faucons, des tigres et des lions. Tous étaient abreuvés par le sang de la Sauvage, et ils redoublaient alors d'ardeur et de férocité. Suivant leur maîtresse comme un seul homme, elle s'abattit sur l'armée ennemi et emporta plus d'un tiers de ses soldats. Ennoia était habité par la frénésie de la chasse, et sa férocité était sans égal parmi les Déchus. Les servants de Seth et d'Ennoia engloutirent toux ceux qui tentaient de pénétrer la ville par la brèche ouverte par Brujah.

Alors Ravnos s'approcha de Nergal, possédé par Baal. Il lui indiqua qu'il existait un passage secret, connu de lui seul, sous les égouts de la ville. Ainsi il envoya ses lieutenants composés de vampires possédés à l'est de la ville, marchant sur les pas du Voyageur. Ouvrant des passages cachés dans la pierre, ils entrèrent dans la ville. Il voyait les habitants autour d'eux, terrorisés, hurlant et pleurant. Bientôt ils pourraient répandre leurs sortilèges dans les rues, et les flammes de l'Enfer consumeraient tout.

Et alors qu'ils étaient en train de tracer des pentagrammes avec leurs sangs sur le sol, se préparant à invoquer les flammes dans toutes les rues adjacentes, celui-ci se mit à se mouvoir. Du sol sortit des crocs géants de monstres reptiliens ; leurs crocs étaient grands comme des lances d'hommes. Et cette Hydre aux 13 têtes était la forme adoptée par Tzismisce, qui dévora les assaillants. Et quand ceux-ci voulurent relâcher leurs flammes sur la ville, ils ne purent car il n'était pas dans la cité, mais à l'extérieur. Les rues, les habitants, tous disparurent en un instant, comme s'ils n'avaient jamais existé, faisant place à une fosse commune immense, avec l'affreuse Hydre en son centre.

Grande était la fourberie de Ravnos, et Baal comprit au dernier moment que celui-ci avait amené ses lieutenants dans un piège mortel. Nul ne réchappa à l'appétit féroce de Tzimisce car l'Illusion crée par le Voyageur était si parfaite que l'issue restait dissimulée à leurs sens. Il n'y avait que les crocs du monstre et la Mort dans cette fosse, dans un atroce spectacle. Car grand était l’appétit du Dévoreur pour les vampires ayant suivis Nergal.

Et Ravnos ricana alors. Son rire résonna sur tout le champ de bataille. Alors les soldats de la Seconde Cité redoublèrent d'effort et les ennemis reculèrent au point qu'ils étaient pris en étau entre les flammes infernales et l'armée des Treize. Alors Baal chercha à se venger du traître, mais le sceau que celui-ci avait gravé sur sa main, en symbole de son allégeance, n'avait aussi été qu'un mirage. Car Ravnos ne laissait nul être avoir autorité sur lui, peu importe qu'il fût originaire du Ciel ou des Enfers.

Et c'est pourquoi Ravnos le Voyageur fut surnommé l'Imprévisible à partir de ce jour, car nul ne sait s'il avait prévu de trahir Baal depuis le début, ou s'il a changé d'avis au dernier moment, voyant les troupes de ses frères prendre le dessus. Et voilà pourquoi nul Baalis ne doit faire confiance à l'engeance de Ravnos, car le dernier cercle des enfers, là ou résident les traîtres, sera leur seule demeure.

Linceul de flammes, d'ombres et de lumière

Nergal, le second Shaitan, invoqua alors le nom du Prince des Nués afin de l'aider dans sa tâche. Et alors le rideau de flamme qui encercla la ville se resserra. Bénis par Ceux d'En Dessous, les troupes de Baal étaient immunisés de la morsure du feu, mais cela causa en grande crainte dans l'armée des Treize. Les Caïnites ne purent contenir leurs Bêtes et ils fuirent rapidement. Alors les soldats prirent peur et reculèrent aussi, derrière les portes de la ville. Mêmes les monstres formidables de Seth et Enoia se consumait dans les flammes. Et bientôt le rideau de feu n'était plus qu'à quelques centimètres des murailles de la ville. S'il la touchait, la ville tout entière prendrait feu et la bataille serait perdue. De plus, les Antédiluviens sentait l'aube arriver. Une fois le Soleil levait, peu d'entre eux pourraient rester éveiller pour défendre la ville. Et alors Baal pourrait facilement prendre la cité.

Soudain une voix, tel un murmure aux paroles incompréhensible, se fit entendre. Elle semblait émaner de toutes les ombres de la ville, et jaillissait comme si d'invisibles êtres tentaient de communiquer avec ses habitants. Alors les ombres se mirent à se mouvoir par elle-même et s'entendirent sur les remparts, devant les flammes. Et plus les flammes projetaient leurs ombres, plus le linceul de Ténèbres grandissait. Et alors ce linceul s'éleva vers le Ciel, et tel un épais nuage, il recouvrit toute la Seconde Cité. Et les rayons du Soleil ne parvenait pas à traverser ce rideau d'obscurité. Et un visage immense, monstrueux, se dessina. Et c'était là l'œuvre de Lasombra, dont l'immense pouvoir lui permit de masquer le soleil lui-même. Alors ses crocs, immenses, apparurent, prêt à fondre sur Baal, et des milliers de tentacules d'ombres apparurent et s'abattirent sur ses soldats, les broyant atrocement. Et les infants de Cain virent la leur victoire, car désormais nulle fatigue ne les harassait.

Alors Nergal consuma encore sa vitae et tenta d'élever ses flammes jusqu'au Ciel, afin de consumer Lasombra lui-même. Et le rideau de feu s'éleva rapidement en direction du Seigneur des Abysses. Mais alors une lumière intense se dégagea du centre de la cité. En effet des mains de Saulot émanait une intense lumière, crée avec son sang, et celle-ci se propagea au niveau du sol, jusqu'au rideau de flammes. Et les flammes infernales s'éteignirent face à cette pluie de lumière, ne laissant derrière elles que d'affreuses crevasses, immondes cicatrices entourant la cité. Alors il ne resta plus que Baal et quelques soldats mortels, mais il semblât que les esprits qui les possédés s'évanouirent aussi dans le néant, et tout jetèrent leurs armes et se préparaient à la reddition.

Seul restait le Prince des Nuées Baal, dont l'esprit démoniaque prit forme, et qui sortit du corps de Nergal qui n'était plus qu'une enveloppe de chairs et de sang qui se consumait à ses pieds. Des ailes de chauve-souris dans le dos, et des cornes sur le front, de longs poils noirs sur son torse.

Et il cria sa colère à la face des Treize :

« MAUDITS SOYEZ VOUS, ENGEANCE DE CAIN !

A jamais renié par Celui d'En Haut, vous voilà aussi honnis par Ceux d'En Dessous.

Et comme vous avez refusé de servir le Prince des Nués, vous serez à jamais ses ennemis, et les légions des enfers ne feront alors nulle différence entre les Enfants de Noé et de Cain. Tous les pécheurs finiront dans la fange et la boue, dans les flammes et le souffre.

Et quand la Gehenne s'abattra, vous ne pourrez vous tourner vers lui pour vous sauver, car il vous rejettera et l'Enfer vous vomira. Quand la colère du Sombre Père s'abattra sur vous, Ceux d'En Dessous ne vous seront d'aucuns secours.

Et ma chute sera aussi la vôtre, car nous hâterons son retour.

Ma Lignée sera éternelle et perdurera jusqu'à la Fin des Temps, car désormais mon Message est dans le cœur des enfants de Cain.

Pitié pour vos âmes, d'avoir refusé le règne du seul être qui pouvait s'opposer à la Volonté de Dieu, et vous sauver du Jugement Dernier. »


Mais à cette époque, nul n'avait entendu parler de la Gehenne, hormis ceux qui entr'apercevait parfois les volutes des futurs possibles, comme Malkav et Saulot, et peu comprirent son avertissement. Alors Samiel le Guerrier, le second infant de Saulot, se dressa contre la Bête. Samiel avait toujours eu un mauvais pressentiment concernant Nergal, car il avait déjà affronté des sorciers liés aux Abysses, mortels corrompus et dépravés usant de monstrueux serviteurs, et ressentit le péril qu'ils représenteraient. Sur son épée coulait le sang de nombreux déchus, car il avait affûté sa lame et s'était approprié l'art des Enfants d'Haquim et des meilleurs guerriers de la Seconde Cité. La Bête était terrifiante, sa force et sa férocité surpassant le plus sauvage des Enfants de Cain. Sa bouche crachait les cendres et les flammes. Mais Samiel tenait bon, ignorant la peur, confinant sa Bête au plus profond de son âme, parant tout les coups de son ancien frère maintenant possédé par l'Enfer.

Mais face à l'incarnation sur Terre du Prince des Nuées, Samiel ne pouvait tenir éternellement. Et alors la Bête démoniaque se saisit de son cœur entre ses griffes et le dévora, terrifiant ses opposants. Au même moment, une ombre jaillit des sables à la vitesse de l'éclair et une lance d'or se figea dans le cœur de Baal. Il s'agissait d'Haquim, l'Assassin, qui attendit patiemment son heure. Haquim et son secret, dont le Sang était plus proche de Cain que tout autre, et dont on dit que nul être ne peux survivre face à ses lames, abattit la Bête démoniaque.

L'épaisse fourrure et les écailles du corps du Shaitan ne put le protéger d'Haquim, qui ne manquait jamais sa cible, et il n'y avait nulle matière que sa lance ne pouvait fendre. Et alors Baal hurla d'un cri terrible, mais il ne sombra pas dans la torpeur, ni ne tomba en poussière. Il devint une noire fumée qui s'engouffra dans le sol, et nul parmi les Treize ne sut à cet instant s'il était mort ou vivant. Et durant les siècles à venir, plus jamais l'ombre de Baal ne menacerait les Treize.

Plus de la moitié des habitants de la Seconde Cité avait périt, et la même part pour les Infants des Treize. Alors tous se tournèrent vers Saulot pour savoir comment il avait su vaincre les ténèbres.

Le refus de Cain

A la surprise de tous, Saulot indiqua que c'est Cain lui-même qui lui donna solution en rêve. Car ce n'était pas la première fois que Baal et Ceux d'En Dessous s'en prenaient aux Damnés. Bien des Siècles plus tôt, à l'époque de la Première Cité, du temps où Cain régnait avec ses trois enfants sur Enosch, le premier Shaitan de Baal tenta de prendre le pouvoir sur Cain et les siens. Alors que les premiers Antédiluviens étaient encore de jeunes vampires, Cain vit la chute de l'Etoile du Matin, le Fils de l'Aurore et de ses légions, alors il alla à sa rencontre, avec certains de ses enfants. Et lorsqu'il s'approcha plusieurs esprits tentèrent de lui parler, qui semblait d'une nature semblable à Lilith, bien qu'ils n'eussent ni corps ni visage pour s'exprimer.

L'un d'eux était assez fort et subtile pour s'approcher de Cain et parler distinctement. Il s'agissait de Baal, le Prince des Nuées, qui tenta le Sombre Père par de fielleuses paroles :

« O Cain, toi qui fus reprouvé par le Très-Haut, entends notre appel. Nous fûmes condamnés par le Seigneur des Cieux pour avoir tenté d'aider les Enfants de Seth et leur apporter notre savoir. Désormais nous sommes prisonniers d'un lieu de fureur et de tourment. Mais Lucifer, l'Etoile du Matin, du plus profond de ces lieux abyssaux m'envoie vers toi, car il connait ta valeur.

Toi qui es marqué du Sceau de l’Éternel, dépositaire des secrets de Lilith, libère-nous et soit l'Hérault de notre retour. Toi qui refusas le pardon des Premiers Anges, et qui te tiens debout, grand est ton mérite aux yeux des nôtres. Nos légions se battront avec toi et nous prendrons de force le Paradis dont nous fûmes chassés, tout comme tu fus au pays de Nod, dans les ténèbres.

Car il ne reste rien aujourd'hui du Plan du Créateur, vois par toi-même le résultat de Son œuvre :

De par le refus de Lilith l'insoumise, qui connaît le Nom de l'Ineffable, par qui la Nature fut corrompue.

De par le sacrifice de Cain, qui est marqué par le Sceau de l'Ineffable, par qui l'Humanité fut divisée.

De par la rébellion de Lucifer, déchu par la Lumière de l'Ineffable, par qui le Ciel fut déchiré.

Ensemble nous irons trouver Lilith l'Indomptable, qui seul peut libérer Lucifer.

Et par trois, nous serons l'invincible Trinité qui modèlerons la Création et régneront depuis les Cieux. »


Mais Cain avait beaucoup appris de Lilith et des secrets du Monde, aussi se méfia t'il des paroles de Baal. Car s'il avait été un Ange du Très Haut, désormais sa nature corrompue suintait de ses paroles. Et Cain était fier, et il aimait ses enfants, et ceux des enfants de son frère Seth qui partageaient sa vie dans la Première Cité.

Alors il répondit à Baal et aux légions des Enfers ceci :

« Anges déchus de la grâce, j'ai pitié de vous. Et comme moi avant vous, j'espère que vous puiserez de la force dans votre châtiment. Mais jamais je ne partirai en guerre contre Celui d'En Haut, car je n'ai nul désir de vengeance dans mon cœur.

Il m'a chassé du foyer de mon Père, et aujourd'hui ma famille est une multitude.

Il m'a condamné à errer seul sur la Terre pour toujours, et pourtant vois avec moi ceux que mon cœur à élu et qui baigne dans ma grâce et par mon Sang.

Il m'a maudit par le Feu, la Lumière et la Poussière, et pourtant il n'y est nul fil de la Création je ne puisse dérouler, car mon pouvoir est grand, et mon savoir aussi étendu que celui de Lilith.

Je me suis Éveillé aux Ténèbres, et bien que je ne porte pas sa Lumière, je suis le phare d'une multitude d'être pour les temps de maintenant et à venir. »


Alors il se tourna vers les siens qui l'accompagnait et dit :

« Voyez mes enfants, quel état misérable accompagne les Déchus.

Aussi, de par ma Loi, aucun de mes enfants ne s'approchera d'eux, ne leur parlera, ni n'écoutera leurs propos, de peur que vos esprits se troublent et que vous soyez à jamais perdus dans les Abysses.

Leur combat n'est pas la nôtre, aussi aucun des Enfants de Cain n'y prendra sa part, car je ne veux pas que les Enfants de Seth mon frère et vous ne souffrent de cela. »


Et disant ces mots il partit. Mais pendant cet échange, Baal sonda le cœur des Enfants de Cain, et il vit un esprit vil, appelant la corruption. Il s'agissait de Shaitan le plus beau des infant d'Arikel, secrètement amoureux de Zillah, la femme de Cain, dont la jalousie et l'ambition était grande. Alors en secret, nuit après nuit, dissimulé par les pouvoirs des Déchus, il s'abreuva de leur savoir. Et Baal lui apprit les Noms Véritables, et il disposa de grands pouvoirs, inconnus des Enfants de Cain.

Le Premier Shaitan de Baal

En ce temps là d'avant le Déluge, la Création était encore fragile, une pâte facile à modeler pour les Éveillés et les êtres comme Lilith ou Cain. Abreuvé du Savoir des Abysses, Shaitan fusionna son esprit avec celui de Baal. Et il ne connut plus ni la Bête ni la Soif. Alors il devint une abomination aux pouvoirs immenses, et il rompit une partie des chaines qui emprisonnaient les légions des Déchus. Et leur premier acte fut de marcher contre la Première Cité car Shaitan voulait le Trône de Cain, la Femme de Cain, et que tous ses frères et sœurs deviennent à son image. Alors il pourrait débusquer Lilith, lui voler ses secrets, et reprendre leur sombre croisade contre les Cieux.

En secret il infiltra la Première Cité, et nombreux furent les Enfants de Cain et de Seth qui furent séduit par ses prodiges et ses promesses. Alors la Légion des Déchus s'abattit sur la Première Cité et la Création trembla sur ses fondations. Et il ne s'agissait pas de vampires ou de mortels possédés, mais bien d'anges corrompus, capables de sombres prodiges, rendu difforme par la dimension infernale que constituait leur prison. Et Shaitan usa de grands pouvoirs, presque aussi grand que Cain lui-même. Les étoiles tombèrent du Ciel, et Cain et ses fidèles affrontèrent les légions des abysses démoniaque qui tentaient de le détruire. Et Cain souffrit les tourments des flammes infernales, du souffre et de la fureur des Déchus. Et un millier de crocs et de lances, de malédictions et de griffes le blessèrent. Mais Zillah la Belle, Irad le Fort et Enosch le Noble soutinrent Cain sans faillir et repoussèrent les Légions, pendant que leurs jeunes infants protéger les mortels de la Cité d'Enosch.

Et Cain subit toute la fureur des Enfers et de ses maîtres. Tous sauf celle de Lucifer, qui était enchaîné à jamais aux Abysses, et ne pourrait se libérer que quand la Création serait aux mains de ses Légions. Mais Cain ne périt pas car il était marqué du Sceau de l’Éternel par la Main de Dieu elle-même, et c'est pourquoi les Déchus les plus puissants ne pouvaient le détruire.
Alors ils tentèrent de l'emprisonner dans les Abysses, mais Cain s'était endurci grâce au savoir de Lilith et son pouvoir était grand parmi les Eveillés. Aussi les chaines des Déchus ne purent le contenir.

Et parce qu'il était protégé par la Malédiction de l'Unique, peu à peu, les légions des Déchus reculèrent devant lui, jusqu'à ce que Cain confronte Shaitan en face à face. Et là il lui arracha le cœur et l'écrasa de sa main, et avec son sang il tissa de nouvelles chaines et referma les Abysses, prononçant une incantation connut de lui seul. Alors les Légions ne purent garder leurs formes démoniaques et furent contraints à retourner dans leur infernale prison.

Mais Cain savait qu'avec le temps, l'influence des Abysses pourrait de nouveau se faire sentir, et que la porte des Enfers ne resterait pas fermer pour toujours. Alors Cain, une fois la victoire acquise, prit peur qu'à l'avenir les Déchus ne refassent surfaces et ne corrompent les cœurs de ses enfants. Le Sombre Père effaça la mémoire de tous les vampires de la cité, car il ne voulait pas qu'un autre de ses descendants cherche le Savoir des Abysses, ou ne soit corrompu par lui.

Et avec patience il extermina tous ceux de son Sang qui furent touchés par la corruption des Abysses, pour que jamais une lignée corrompue ne voit le jour. Rien de ce qui avait trait à cette bataille ne demeura dans leurs esprits. Mais seul Saulot, qui était l'enfant chéri de Cain depuis le premier jour, put vaincre les brumes de sa mémoire. Et le rituel de Cain lui apparut alors clairement une fois que Nergal, sous la forme du second Shaitan de Baal, menaça la Seconde Cité.

De prime abord, tous saluèrent la prouesse de Saulot, qui avait brisé le Rituel des Flammes de l'Enfer, accédant aux visions envoyés par Cain. Mais quand Saulot révéla que la mémoire des Treize avait été effacé par leur Père à tous, une grande paranoïa les saisit.

Quels mystères de la Création ignoraient il encore ? Quel pouvoir le Sombre Père avait-il encore sur eux ?

Et surtout, Cain était-il toujours en contact avec Saulot ? Avec d'autres ? Était-il éveillé ? Savait-il que les Treize s'étaient nourris des Trois ?

Une grande méfiance s'installa dans leurs rangs, et plus jamais les Treize ne seraient ainsi unis, malgré leur victoire. Et Nergal, le second Shaitan, parvint finalement à semer les graines de la discorde déjà présente dans le cœur des Treize et à cause de cela la chute de la Seconde Cité deviendrait inéluctable. Ses infants qui avaient survécut y pourvoiraient.

Car pour la première fois les Enfants de Cain virent les mortels s'unirent contre eux, et ils sentirent combien vulnérable ils étaient durant le jour, malgré qu'ils règnent sans partage sur les nuits.

Pour la première fois, ils virent l'étendue des pouvoirs les uns des autres, qui ne feraient que s'agrandir dans les siècles à venir, et ils comprirent qu'ils étaient vulnérables face à leurs frères.

Pour la première fois, ils s'aperçurent que leurs Infants aussi pourraient les trahir, et les vaincre, épaulés par les savoirs des créatures Éveillés qui peuplent ce Monde.

Et pour la première fois, ils comprirent avec certitude qu'un jour Cain reviendrait pour les juger pour le meurtre des Trois, et que contre sa colère, il n'y aurait nul recours.

________________________________
"Dieu tue selon son bon vouloir
Et nous ferons comme Lui
Car aucune créature de Dieu
Ne lui ressemble
Comme nous Lui ressemblons..."

Anne Rice,
Entretien avec un Vampire



Modifié 28 fois. Dernière modification le 10/11/2019 12:43 par Celestin83.
Re: Les Guerres Baaliques (texte d'ambiance)
ven. 02/08/19 15:53
Analyse du texte

Bien que l'auteur du texte ci-dessus soit d'origine inconnue, les incohérences et les prises de position sur certains sujets laissent à penser qu'il s'agirait d'un Brujah, voir d'un "vrai" Brujah, si la rumeur concernant la scission du clan est vraie. En effet, selon certaines sources, Troile, l'infant de Brujah dont le sexe est indéterminé (tout comme celui de son/sa Sire) aurait tenté de diableriser son créateur peu avant la chute de la Première Cité, soit bien avant l'attaque supposé des Baalis sur la Seconde Cité. Ce qui rend sa présence lors de cette bataille étonnante et anachronique, ou alors celle de Brujah, au choix.

Or on le voit agir de manière plutôt héroïque sur le texte ci-dessus, et on note qu'hormis Nergal le Baali et Samiel le Guerrier, il est le seul Vampire de 4ème Génération qui est cité. Cependant la dernière ligne à son sujet, laissant à penser une irritation concernant le sauvetage in extremis par Brujah, indique que l'auteur a connaissance de cette rumeur et qu'il tient à la mettre en avant. Un petit message d'un Vrai Brujah cherchant à ternir subtilement le "traître" et à expliquer son acte ? En tout cas il est de notoriété publique que les premiers Brujah étaient de grands historiens et philosophes, et grand ami de Saulot et des Salubriens, et il est donc crédible que l'auteur du texte original pu être l'un d'eux.

Le rôle de Saulot dans le récit est assez ambiguë. De prime abord, il semble être le sauveur de la Seconde Cité, mais il est notable que si il avait laissé Arikel ou Lasombra et les autres se repaître du sang des captifs tous ces malheurs auraient pu être évités. Mais en faisant de Nergal son infant, il a démarré une série de catastrophe qu'il a tenté de rattraper lors du siège de la Seconde Cité. Les informations sur Saulot sont ambiguës. Bien que la majorité des textes le font figurer comme un Vampire de haute moralité et ayant atteint une sorte de paix intérieur nommée Golconde, d'autres le décrivent comme un redoutable hypocrite, un infernaliste et un homme capable de tout les sacrifices pour mener à bien ses expériences.

Certaines rumeurs voulaient qu'il soit à l'origine de la lignée Baalis, ce que ce texte confirme, même si ce n'est que de manière indirecte. Alors Saulot a t'il sauvé Nergal par charité, par deux fois, ou bien savait t'il où ces actes mèneraient ? Certains avancent l'hypothèque que Saulot aurait voulu unir les Treize face à un ennemi commun, assurant ainsi la pérennité de la Seconde Cité et repoussant le Jyhad, la Danse Macabre que notre peuple joue depuis des millénaires. La menace Baalis et des adversaires infernaux sont bien l'une des rares choses pouvant pousser des êtres aussi différents que Brujah, Enoia, Arikel et Tzimisce à laisser leurs différents de coté. Même de nos jours, on parle de meutes du Sabbat s'alliant temporairement à des coteries Camarillan afin de contrer l'implantation d'un culte Baali. Ils sont, avec la menace d'une meute de Lupins peut-être, l'une des rares choses pouvant provoquer ces alliances contre-nature.

On peut aussi penser qu'il savait le risque qu'il prenait en déchaînant ses forces, et qu'il souhaitait en retirer une quelconque connaissance occulte. Peut être avait il "lever le voile" que Cain avait forcé dans leurs esprits depuis longtemps et chercher t'il un moyen de profiter des forces des Abysses, sans s'y confronter lui même et risquer la corruption. Un peu tordu comme raisonnement ? N'oublions pas que nous avons à faire là aux fondateurs des Clans, aux Antédiluviens dont les pouvoirs sont de nature quasiment divine, capable de voir les autres dimensions, de percer le voile du monde des morts en un instant, ainsi que de projeter leurs esprits dans les temps passés et futurs. Alors bien sur rien n'est impossible.

Enfin on peut aussi y voir un conte moral, une sorte d'histoire prouvant que "l'union fait la force" et que les Vampires devraient s'unir sous peine de "subir les affres de l'Enfer". L'existence des Baalis est sujette à discussion, et beaucoup pensent qu'il ne s'agit que d'un groupe équivalent à une sorte de "Sabbat" de l'Antiquité, et que les pouvoirs dont ils font preuve sont beaucoup exagérer. Je parcours le monde depuis plus de 300 ans et je n'ai jamais eu de preuves tangibles de l'existence du Diable, de L'Enfer ou des Baalis eux mêmes. On dit aussi que le mystère et l'ignorance sont leurs armes, d’où le fait qu'il soit la plus discrète de toutes nos lignées de sang. Ou est la vérité ? Encore à découvrir je le crains.

En tout cas la découverte de ce texte reste une remarquable trouvaille qui pourrait faire pencher l'hypothèse sur leur existence. Les révélations des liens avec Saulot, la possibilité que Haquim soit de Seconde Génération, et la preuve que l'Antédiluvien Seth ait été "marqué par les Ténèbres" avant son étreinte confirme ce que les Séthites et les Assamites répètent depuis toujours, à savoir qu'ils sont les serviteurs d'un Antédiluvien aux caractéristiques uniques.

J'ai hâte d'apporter ça demain à la prochaine réunion du Primogène et de voir les débats qui en découleront, après tout j'ai aussi trouver la preuve de l'implication du clan Tremere dans ce qui semble être...

[ la suite du texte est brûlé, du sang recouvre les dernières pages ]

Dernière entrée connue de l'archéologue du clan Toréador William Locksley, 06/06/1986, peu avant sa disparition.



Modifié 4 fois. Dernière modification le 09/26/2019 12:27 par Celestin83.
Re: Les Guerres Baaliques (texte d'ambiance)
jeu. 26/09/19 16:28
(Lien avec Démon The Fallen)

Ou est passé Lucifer ?

Lucifer et un tiers des Légions se rebellèrent contre leur créateur. Tous furent précipités dans un lieu inconnu appelé les Abysses, le seul endroit de la Création où la présence du Très-Haut ne se fait pas ressentir. Tous acceptèrent leur sort, fidèles à Lucifer, qui devait être le dernier à être précipité dans les Ténèbres...

Les Abysses ont mis du temps à se refermer complètement, et la présence de Lucifer s'y faisait ressentir. Pourtant, quand les Abysses devinrent "L'Enfer" et furent fermés définitivement, il n'y avait nul trace de lui. Pour certains, il séjournait clandestinement sur Terre, dans le but d'apporter son savoir en secret à l’Humanité, ou pour tenter de libérer les autres Déchus.

Pour d'autres, il a craqué au dernier moment et imploré le Pardon de Dieu, qui l'aurait alors absorber en Son Etre.

Enfin, certains pensent qu'il est banni dans un endroit encore plus terrible et isolé de la Création, dans l'impossibilité de partager sa Lumière avec les Hommes ou les siens, car Dieu lui aurait réservé le plus terrible des châtiments : être seul, jusqu'à la Fin des Temps...

Mais si Lucifer était absent, quel ne fut pas la surprise pour les Déchus de voir que les Abysses n'étaient pas vides. En effet, d'horribles et étranges créatures y résidaient, n'ayant jamais été touché par la La Lumière de Dieu. Des créatures anciennes et à l'esprit inhumains, incompréhensibles même pour les Déchus. Ils étaient les "détritus" de la Création, des créatures issus des cauchemars, certaines de nature frêle et manipulables, d'autres aussi gigantesques et terrifiantes que les plus puissants des Anges !

La plus connue étant celle d'un énorme Ver luisant dans les Ténèbres, résidant au sein d'une immonde Fosse, dont le corps est si vaste qu'aucun Déchu n'a pu en mesurer la taille. Enfin ceux qui se risquent à l'approcher car cette créature est toujours en quête d'une âme à dévorer, et elle passe son temps à perforer les entrailles des Abysses, afin de l'étendre à l'infinie...

Quoi qu'il en soit, les Anges Déchus furent rapidement corrompus par l'influence des Abysses, le seul endroit de la Création privé de l'existence de Dieu et de Sa Lumière. Très vite, la peur et la rancune se transformèrent en agressivité et en haine, et les Déchus se tournèrent les uns contre les autres, Maisons contre Maisons, Légion contre Légions, Démons contre Démons, jusqu'à ce qu'un semblant de hiérarchie basé sur le pouvoir, la connaissance et la force s'installe. La présence des Anges Déchus influa sur la nature même des Abysses, et certaines zones en son sein devinrent alors emplis de flammes et de souffre, reflétant la colère des Déchus. D'autres devenaient de larges zones d'un froid glacial, reflétant leur tristesse suite à la Chute, alors que certaines étaient des parodies déformés des paysages terrestres, avec des arbres morts et des fleuves de sang. Ce sont ses "royaumes" de désolations que l'on regroupe généralement sous le terme "d'Enfer", là où la grande majorité des Déchus vivent leur emprisonnement.

Pendant des Millénaires, il était impossible aux Déchus de voir ou d'intervenir dans le monde des hommes. Parfois, suite à un rituel magique, un carnage important ou des sacrifices sanguinaires, certaines brèches apparaissaient, permettant à certaines Déchus, les plus puissants, de se connecter à la Terre. Ils inspiraient alors les hommes afin qu'il les invoquent sur Terre, leurs promettant monts et merveilles, prêt à tout pour quitter les Abysses...

Jusqu'à l'aube du XXIème siècle. Le dérèglement climatique, la multiplication des Enfants de Cain, les guerres fratricides menés par les Bêtes de la Lune dans le monde des esprits, les remous provoqués dans le monde astral par les massacres de masse de la Seconde Guerre mondiale et de la Bombe atomique ont ouvertes d'importantes brèches dans les Abysses, permettant aux Déchus les plus faibles et les plus habiles de revenir hanter le monde des hommes.

Mais bien avant notre époque, certains puissants Déchus purent infiltrer la Terre pour y accomplir leurs desseins. On les nommes les Earthbounds.

Les Earthbound

Les Earthbound sont les plus dangereux des démons, ceux qui ont été invoqués sur Terre par des sorciers ou des créatures surnaturelles au cours des siècles. Telles des entités lovecraftiennes, elles conspirent dans l’ombre en créant des cultes apocalyptiques. Ce sont aussi les ennemis principaux des Déchus et de Lucifer. Définitivement corrompus par les Abysses, elles désirent la venue de la Fin des Temps, la grande Croisade contre les Cieux et la Terre à venir. Cependant ils sont condamnés à errer sur la Terre sous forme d’idoles possédées à cause de leur trop grande puissance. Devenus de purs esprits, ayant abandonné leurs corps astral dans les Abysses, ils sont étrangers à toutes formes de compassions envers les êtres de la Création et font partie des plus dangereuses créatures du Monde des Ténèbres.

Il a existé plusieurs dizaines d'Earthbounds qui ont envahis notre Monde. Les 5 premiers étaient les plus puissants et les plus influents. Il s'agit de cinq Archiducs, chefs de leurs Maisons, Abaddon, Asmodeus, Dagon, Azrael et Belial, qui furent libérés par des sorciers mortels au cours des premiers Ages de l'Humanité et de l'Antiquité. Bien que rivaux, ils se sont mis d'accord pour asservir tout les autres Earthbound qui vinrent après eux, afin d'augmenter leurs propres influences. Bien que piégé dans des artefacts sur Terre, leurs influences et leurs pouvoirs ont cru au fil des siècles. Et tous les Déchus devenus des Earthbounds obéissent à l'un ou à l'autre des Archiducs.

Tous sauf un...

Baal, le Prince des Nuées

Peu de temps après la Chute, seuls les plus puissants Archidémons pouvaient voyager sur Terre avec leurs corps astral, et encore seulement pour un temps très limité, car les Abysses agissaient comme des chaines invisibles qui affaiblissaient et emprisonnaient tous les Déchus qui avaient suivis Lucifer. Les autres ne pouvaient que roder autour des Brèches non refermés, sous formes d'esprits immatériel, tel des fantômes. C'était le cas de Baal, qui monta la garde sur une brèche proche de la Première Cité d'Enosch, gouvernée par le terrible Cain.

Bélial dirigeait la Légion Ecarlate en l'absence de Lucifer, et Baal faisait partie de ses lieutenants. Il avait pour mission de recruter et convertir les autres anges à cette Maison. Baal était un "Dévoreur" un Ange lié aux Bêtes et au monde Sauvage. C'est peut être pourquoi il fut le seul à pouvoir comprendre et corrompre les enfants de Cain, car il pouvait entendre les cris des "Bêtes" enfermés dans au sein de la Première Cité.

La Première Cité s'était développé à l'abri des guerres célestes entre Anges et Déchus, protégé par Caïn. En effet, après qu'il fut maudit, le Tout-Puissant interdit aux Anges de porter la main sur Cain, ou même d'entrer en contact avec lui, car il était désormais lié aux Ténèbres, au pays de Nod. Malgré leur rébellion, la plupart des Anges continuèrent à respecter cet interdit et éviter cette ville, la plus ancienne de l’Humanité. Bien sur, il en est certains qui tentèrent de s'attirer les faveurs de Caïn ou ses enfants. Mais que pouvait bien offrir aux Vampires les Déchus ? Les Cainites étaient immortels, et ceux nés du Sang de Caïn ou de ses enfants disposaient des pouvoirs et des connaissances proches de celle des Anges. Ils avaient le pouvoir sur les Bêtes, les Esprit, les Mortels ; ils pouvaient apercevoir les autres dimensions, le futur, invoquer les éléments...

Et bien qu'il fut mortel, Caïn se rebella fièrement contre les Anges envoyés par Dieu, et refusa de s'agenouiller, endurant les pires malédictions. Il était grandement apprécié par une majorité de Déchus, bien que certains le haïssait pour avoir amener le meurtre dans le monde. Enfin il était aussi l’élève et le protégé de Lilith, l'ancienne amante de Lucifer, qui connaissait le Vrai Nom du Créateur, et dont les pouvoirs étaient aussi grands que l'Etoile du Matin, d'après les rumeurs...

Mais quand survint la Chute, Baal décida que l'heure de la prudence était passé. Il présentait que les Cainites étaient la clé de voûte de leur futur victoire. En effet, certains Déchus étaient parvenus à posséder des mortels, leur permettant d'agir sur Terre et de reprendre le combat. Mais les corps des Hommes étaient fragiles, et la possession détruisait rapidement ce dernier, leur ôtant la vie. Mais le corps des Vampires était fort, résistant, virtuellement immortel, ce qui en ferait des hôtes idéales...

Baal, en tant que Dévoreur, sentait la Bête qui agitait l'âme des Vampires. En effet, contrairement à ce que nombre de ces derniers croient, les mortels devenus vampires ne perdent pas leurs âmes. Elles restent accroché à leur corps immortels, mais à jamais corrompus par les Ténèbres par le Sang de Cain. Cette corruption c'est la "Bête" : cette part de Ténèbres qui provoque la Soif chez eux, et amplifie leurs colère, leurs peurs, leurs sentiments... Mais c'est aussi cette "part de ténèbres" qui les rends vulnérable au feu et au Soleil, car les Anges qui ont maudit Cain y ont attachés leurs Malédictions. Oui les Cainites pouvaient devenir des alliés de poids dans leurs combat, et Baal se jura de les amener au sein de la Légion Écarlate.

Baal reçut un soir la visite de Cain et certains de ces enfants. Il tenta de s'en faire un allié, afin qu'il puisse briser les chaines des Abysses, mais ce dernier refusa. Il ne voulait pas participer à une Croisade contre les Cieux, préférant s'occuper égoïstement de sa petite cité mortelle. Mais Shaitan, le plus jeune de ces enfants, un Vampire de la 4eme Génération, avait en lui une grande ambition, et une grande jalousie car il aimait Zillah, la femme de Cain. Alors Baal tenta ce dernier souvent, dans ses rêves, lui promettant un pouvoir qui ferait de lui un dieu sur terre, encore plus puissant que Cain lui même.

Au bout d'un moment, Shaitan accepta et devint le disciple de Baal, apprenant des Savoirs Interdits, et convertissant certains jeunes Vampires de la Première Cité. Puis il organisa un grand sacrifice humain sur la Brèche, extirpa son cœur de sa poitrine en "cadeau" aux Déchus, et ouvrit celle ci, permettant à Baal de prendre possession de son corps, et à d'autres Déchus de s'incarner sur Terre.

Baal ne fut pas déçu : la fusion de son essence et du Vampire lui permit d'atteindre un stade de puissance inégalé. Une créature nouvelle était née, un démon dans un corps d'immortel, tirant son pouvoir du Sang et des Abysses. Mieux encore : l'esprit du Déchus ayant absorber la Bête, les Vampires n'avaient plus à craindre les Malédictions des Anges, comme la lumière du Jour ou les flammes. Il décida d'envahir la Première Cité afin de satisfaire le souhait de son hôte, et son ambition augmenta grandement alors. Il se voyait à la tête d'une armée d'hybrides démoniaques, une nouvelle Légion soumise à ses désirs, lui permettant de prendre la placé de Bélial et de devenir le second de Lucifer. Et qui sait jusqu'où les pouvoirs de Baal pouvait aller ? S'il pouvait posséder Zilla ou Cain lui même, il pourrait alors devenir l’égal de Lucifer et prendre la tête des Déchus. Et reprendre les Cieux...

Il se rebaptisa "Prince des Nuées" et décida d'agir comme bon lui semble et de prendre le pouvoir sur les siens. Ainsi il refusa les ordres de prudence de Bélial et des autres chefs des Maisons, et marcha directement sur la Première Cité. Malheureusement son plan, bien qu'ambitieux, échoua. Cain détruisit son corps, au bout d'un long combat, et extermina son armée. Il utilisa ses pouvoirs pour refermer définitivement la Brêche prêt de la seconde Cité et faire disparaître l'influence des Abysses prêt de la Seconde Cité.
Pire encore, peu de temps après Dieu fit s'abattre le Déluge sur le Monde, qui eut pour effet de fermer définitivement tout points d'accès vers les Abysses, et amena à l'extermination de la quasi totalité de l’Humanité et des Enfants de Cain.

Mais alors que les autres Déchus se lamentaient sur leurs sorts, Baal lui réchappa à l'emprisonnement. En effet, une partie de son être était toujours sur Terre, enfermé dans le Cœur de Shaitan, que ce dernier avait arraché de son corps lors du Rituel de Possession. Ensevelis par le Déluge, le Cœur de Shaitan passa inaperçus pendant des Siècles, jusqu'au jour où il fut découvert par un Vampire à l'agonie, du nom de Nergal...

Bélial, quand il s'incarna sur Terre, pris possession des villes de Sodome et Gomorrhe, qu'il transforma en lieu de débauche. Il y instaura un culte dévoué aux Déchus, mais fut immédiatement attaqué par les Anges fidèles au Créateur. Suite à un combat épique, les deux villes furent détruites et il fut enfermé dans un artefact que ces disciples prirent soin de prendre avec eux dans leurs fuites. Quasiment tout les mortels de ces villes périrent, hormis un certain Nergal, prêtre du Culte de la Lune et des Etoiles, créé par Bélial...

Nergal fut capturé par les soldats de la Seconde Cité, dirigé par le Conseil des Treize Antédiluviens, les petits enfants de Cain. Il fut changé en Vampire, mais n'oublia jamais sa Foi et les miracles provenant de Bélial et de ses Légions. Un jour, il fut banni par le Conseil, et laissé pour mort au confins du désert. Sa foi lui permit d'entendre la voix de Baal, dont le Coeur de Shaitan émergea des sables. Nergal, affamé le dévora et fut immédiatement possédé par ce dernier, qui trouva enfin un nouvel "hôte" de choix, et un nouveau "cœur" qui lui servirait de refuge.

Il leva ensuite une armée, composé des ancêtres des empires Perses et Babyloniens, et tenta de conquérir la Seconde Cité. Cain ayant disparut après le Déluge, Baal espéra que ces descendants se montreraient plus ouverts à sa proposition "d'alliance". Mais les Treize se révélèrent aussi égoïstes et fier que leur Sombre Père, et après une lutte acharné, il fut de nouveau vaincu. Il maudit les Enfants de Cain et se jura désormais de les soumettre jusqu'au dernier à son ambition. Quelques vampires de sa lignée survécurent au massacre et emportèrent le Cœur de Shaitan, qui échappa à l'attention des Treize, aussi loin que possible de la Seconde Cité. Bien qu'il fut vaincu, le Sang de Caïn avait été définitivement corrompus par Baal, et le clan maudit nommé "Baali" fut créé, servant d'agents de Baal sur Terre, corrompant mortels et vampires.

Piégé comme les autres Earthbounds sur Terre, Baal a l'avantage d'avoir une lignée de vampires qui bien que peu nombreux, lui est entièrement dévoué. Son influence croit lentement au fil des siècles, et même s'il ne dispose pas de l'influence et des pouvoirs des Cinq Archiducs, sa relation privilégié avec les Vampires fait de lui l'une des plus grande menace pour ces derniers.



Modifié 6 fois. Dernière modification le 09/26/2019 18:29 par Celestin83.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter