Bienvenu(e)! Identification Créer un nouveau profil

Recherche avancée
Phorum
Sujet posté par Janus 
Re: +++ Chicago: the Survival +++
mar. 12/01/10 11:53
Hello Janus
J'ai deux trois petits trucs que je peux te passer (surtout un dernier vu que j'ai fait une partie il y a peu,le reste, faudra que je compulse le classeur ou je range tout mon mastering hunter)



Angie

"Il n'y a pas qu'une Realite, mais j'ai ma Realite"
+++ Chicago: the Survival, (le prologue à lire dedans!) +++
mar. 12/01/10 12:09
Si tu as du PnJ antagoniste ainsi que des lieux intéressant à proposer pourquoi pas ^^ Le concept que je suis en train d établir c'est d'introduire de nouveaux personnages dans le MdT, joué et masterisé par des débutant ou non, c'est surtout un guide clef en main que je voudrais offrir à tout ceux qui n'ont jamais osé Hunter: the Reckoning.

Voici le prologue de ce que j'aimerai être ma contribution à mon univers fétiche, une histoire comme on pourrait nous même en vivre si nous y vivions :



+ Home Sweet Home +

Il était quatre heure et demie, et ce n'était pas de l'après midi. Malgré les lumières faibles et blafardes émisent par les réverbères, ce soir le simple fait de garer son mignon petit coupé Ford fut pour Anna une corvée dont elle se serait bien passée. Darius n'étant pas venu, le service de ce soir fut éprouvant, elle ne prit même pas le temps de se changer pour rentrer.
Contact coupé, le moteur se tut. Anna s'extraya avec le peu d'énergie lui restant de l'habitacle du véhicule, faisant ainsi claquer son talon haut sur le bitume usé du parking réservé aux étudiants du campus.
« Welcome to the Chicago's Campus » y'avait il marqué sur la devanture du hall du bloc C. Anna se demandait quand est-ce que le nouveau gardien allait enfin remplacer une des ampoules servant à illuminer la pancarte en question rendant peu lisible la partie droite de cette dernière. Depuis deux mois c'était ainsi et Anna n'aimait pas ce genre de détail sordide, même si deux seconde après son esprit s'était concentré sur autre choses.
Elle pénétra dans l'enceinte, les gonds mal huilés des grandes portes vitrées du hall principal grincèrent comme si elles se tordaient de douler. Personne à l'accueil, personne dans les couloirs. Aucun bruit à part celui de ses propre pas, ce qui tombait plutôt bien dans la mesure où Anna était toujours engoncée dans sa petite robe en caoutchouc bleue marine portée trop près du corps, qui luisait langoureusement sous les enchainements de néons ornant le plafonnier. Le campus était endormi.

* * *

* Clac, clac, clac, clac... *. Les « talons-pointes » fatigués d'Anna résonnèrent bientôt plus fort dans sa tête que dans le couloir lui même. Elle n'avait jamais été très douée pour la discrétion, mais peu importait, se glisser rapidement sous ses draps était devenu la priorité du moment.
Après quelques instants de pénible déambulation, elle arriva enfin devant la porte de la chambre qu'elle partageait avec Margareth Loydd, une amie et confidente étudiant les arts appliqués et inscrite au cours du « célèbre » Lawrence R. Wiezmann. Célèbre était en effet un bien grand mot, car il l'était certes mais surtout dans votre chambre. Margareth partageait avec ce dernier, ce qu'elle pensait être une idylle passionnée, mais qui tenait d'avantage de la romance corporelle impossible, voire improbable, mais cette dernière qualification, Anna, la gardait pour elle.
Devant sa porte, elle engouffra finalement sa main droite à l'intérieur de son sac Versace, cherchant au jugé son trousseau de clefs ; pour le coup canonisé au rang passeport vers le pays des songes ; mais elle ne le sentit pas. Pestant dans ce qui aurait pu être sa barbe, elle posa son sac à terre et réiterra sa recherche sans grand succès. Les clefs n'y étaient pas. Marga n'étant pas là, Anna dû se controler pour ne pas extérioriser bruillement sa frustration. Où les avait elles laissées?
Éreintée, elle se résolu à sortir sa carte de crédit Lehman Brothers et à tenter de faire comme le mois dernier, c'est à dire de rentrer en bricolant la porte, sauf que là, il ne s'agissait pas de la porte du local informatique mais bien de sa propre chambre.

* * *

Accroupie, elle enfonça, frotta, enleva, tira, força sa carte. Ce n'était pas gagné. Une légère goutte de traspiration commençait déjà à lui perler du haut front. Puis, à sa grande surprise, après un dernier effort désepéré, elle perçu le fameux * clic * salvateur. Le crochetage et ses dérivés c'est, avant tout de la chance, mais ces disciplines partagent quelque chose de fondamental avec le vélo : elles ne s'oublient pas!
Au moment où Anna s'apprêtait à pousser cette maudite porte, la lumière du couloir s'éteignit. Instinctivement, elle fit dos à elle pour faire un pas vers l'interrupteur. Sous la pression de son index gracile, la lumière revint, à nouveau.
En se retournant elle se retrouva face à un homme, c'était le gardien. Autant surprise qu'effrayée par cette rencontre du troisième type, ses affaires lui échappèrent des mains, ses jambes se dérobèrent. * BABAM BABAM BABAM * son cœur battait à tout rompre.
En plus d'horribles favoris le long de ses tempes, le visage de l'homme arborait un nez rougit par l'alcool, aux pores aussi dilatées que ceux d'alvéoles que l'on pourrait rencontrer dans une ruche d'abeille, ce qui s'accordait vraiment très mal avec ce noeud papillon en laine verte. Ce dernier affichait un sourire idiot.
« Tenez, vous avez laissé tomber vos clefs dans l'entrée mademoiselle Donovan » dit il innocemment.
« Passez une très agréable nuit » dit-il enfin pour prendre congé avant de se retourner et de disparaître au premier virage du couloir.

* * *

Encore sous le choc, Anna ramassa ses affaires éparpillées sur le sol, et se hissa à nouveau sur ses talons. Elle l'avait toujours trouvé louche mais là... C'était trop.
«- Putain ce mec... » se dit Anna à haute voix.
« ...vraiment trop glauque! » conclut elle. Sa porte se referma derrière elle, et le silence revint.
Comment savait il son nom? Comment avait il trouvé les clef sachant que personne n'était à l'accueil? Comment ces dernières avaient pû s'échapper de son sac à main? Autant de questions qui trottèrent dans l'esprit d'Anna Donovan-Kinsley ce soir là, simple coïncidence? Elle n'en savait rien, et de toute manière, Sommeil et Morphé, peu après vinrent la faucher pour l'entraîner dans un sommeil agité.

Dans les couloirs, aussi noirs qu'inertes, un rire lointain déchira les Ténèbres... Qui était vraiment ce nouveau gardien?

_____________________________________________________________

Voilà le ton de tout ca, ce PJ pourrait se voir attribué "Exposition" 1 ou 2 en historique dans la mesure où le surnaturel la touché avant son impregnation ^^




Modifié 7 fois. Dernière modification le 01/24/2010 21:22 par Janus.
Re: +++ Chicago: the Survival +++
mar. 12/01/10 14:53
j'ai plutot cree un style de creature (des araignees)
mais si tu veux du pnj, je vais voir ce qu'il en est dans le classeur



Angie

"Il n'y a pas qu'une Realite, mais j'ai ma Realite"
Re: +++ Chicago: the Survival +++
mer. 13/01/10 22:23
Transmets nous tout ça dès que tu auras retrouvé ton classeur (moi j'étais à l'époque plutôt cahier lol).
Je masterise samedi soir là, la PJ de ma petite histoire va enfin vivre son Imprégnation. J'espère que jouer avec trois néophytes du MdT sur un total de quatre me permettra d'obtenir quelques "Haaa!" - "HoooH" - "Aie!!!" winking smiley
Re: +++ Chicago: the Survival +++
jeu. 14/01/10 17:07
je l'espere pour toi car c'est tres agreable quand ce jeu donne ce genre de reaction (pour l'avoir vecu plusieurs fois en tant que master)

oui, il doit etre range quelque part... ce classeur (quand j'aurais un peu de temps apres ma partie de ce we)



Angie

"Il n'y a pas qu'une Realite, mais j'ai ma Realite"
+++ Chicago: the Survival, la review +++
mar. 19/01/10 10:12
Samedi soir j'ai donc fais joué mon scénario sans accroc, bien que nous nous sommes arrêté à la fin de l'acte 2 (4h du matin ça commençait à être dur dur pour un groupe ayant taffé le jour même), la tablée et moi même avons passés un bon moment (comme c'est souvent le cas avec le MdT si on prépare l'idée directrice un minimum).
Bref Imprégnations, Inspirations diverses et variées, investigations, horreurs, un peu de bagarre le tout basé à Chicago en 1999.

On va embrayé, je l'espère, la semaine suivante avec l'acte final et une autre histoire, plus brève, mais cette fois-ci basé sur la communication avec les fantômes afin de pouvoir en aider quelques uns qui attendent impatiemment le Salut.

Et ta partie a toi Angie?



Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/19/2010 11:32 par Janus.
Re: +++ Chicago: the Survival, la review +++
lun. 25/01/10 16:04
Moi j'ai eu une partie sympa et memorable

Trois joueurs, etudiants en universite dans une ville un peu plus loin de New York et en epoque moderne (2009)
apres une sortie au cine pour voir le dernier film a la mode, nos trois pjs rentrent a la fac et passent par un des parcs de la ville (de nuit)
un des passants se fait attaquer par quelque chose qui sort d'une rangee d'arbres (happe dedans)
cris, bruits bizarres, silence puis le mec ressort et marche un peu comme un zombie
il tente d'attaquer les joueurs, mais est un peu lent, demarche completement bizarre
police prevenue, mais quand ils arrivent, il y en a plusieurs qui agissent, les pjs ayant ete a court de possibilites malgre un eveil (qu'ils n'ont pas utilise durant toute la partie sauf de maniere imprevisible ou en etat second)
tout le monde rentre et s'enferme dans les chambres
le lendemain, achat d'arme, creation d'armes a la mac gyver, recherche sur les insectes ou creatures capables de ca (en tout cas du peu qu'ils ont vu)
ils decouvrent qu'une sorte d'araignees est capable de faire certaines choses mais que la, ca depasse un peu le naturel
un peu pris au depourvu, tentent de rencontrer d'autres hunters mais sans succes
par contre, sont suivi regulierement voir surveille
alors ils tentent d'en chopper un, mais l'homme marionnette par une araignee arrive a leur echapper
s'ensuit un combat dans une voie sans issue ou l'on retrouve des araignees en mode combat intense, des grenades improvisees qui explosent de partout, des fusillades et une fuite dans les egouts
mais dans cette fuite, ils tombent sur le nid des araignees colonisatrices
donc une reine (voir le cote Aliens dans la disposition de la scene)
les pjs se font capturer, interrogation, mais ils ne savent pas grand chose et n'obtiennent pas beaucoup d'infos de la reine ou de ses subalternes
ils sont relaches
apres une nuit, tentent d'avoir du matos et de detruire le refuge des arachnides
malheureusement, ils sont partis durant ce laps de temps, 50 personnes ayant aussi disparu cette nuit la (ou ces derniers jours... servant d'hotes)
l'un des pjs en tentant d'avoir du matos s'est perce par une balle ou deux contre des mafieux et se retrouve a l'hosto
le deuxieme est devenu parano et dis les verites sur blogs, forums et divers moyens informatiques
le troisieme pense a consulter ou se faire interner

malgre le fait que je m'attendait a l'utilisation de leurs pouvoirs, je remarque que sans, on peut avoir des parties qui tournent plus vers du Chutulus (avec des regles simples pour moi qui maitrise le wod depuis plus de 10 ans) et ce de maniere sympa
j'avais tourne la fin pour une eventuelle suite et une rencontre de nouveau avec leurs ennemis arachnides

prochainement tu auras toutes les distinctions de ces bestioles et leurs organisations (meme si j'ai un peu fait sommaire, ca me permet de faire evoluer suivant des plans)
oui car les arachnides tentaient de controler la ville au depart


Angie

"Il n'y a pas qu'une Realite, mais j'ai ma Realite"
Re: +++ Chicago: the Survival, la review +++
mar. 26/01/10 00:25
Foi de canard, ca m'avait l'air d'être assez excitant tout ca.

Ca te brancherais pas de m'aider à compiler une sorte de supplément pour Hunter: the Reckoning? Et ensuite pourquoi pas le proposer à l'association sous forme de PdF style SAS ou en format papier.

Genre l'idée c'est -> JPD : Chicago, une chronique pour Exterminateur : le Jugement (en petit en bas).

JPD pour le Jeu le Plus Dangereux en francais ou MDG pour the Most Dangerous Game en anglais.

Ca serait une chronique entre 1999 et 2000 se basant à chicago, pouvant bien sûr s'adapter à d'autres périodes et d'autres lieux.
La partie principale se composerait de 5 scénarios "clef en main" se basant sur les spécificités historique de la ville et de son héritage culturel, ainsi que diverses nouvelles d'ambiance et annexes pouvant servir joueurs et surtout Conteurs comme par exemple :

1 : Guide concit de chicago et des lieux visités dans la chronique
2 : une compilation du Parlé sur un et même document, chose que les francais n'ont jamais eu acces.
3 : antagonistes et PnJ).

Enfin voilà.

J'achève une courte nouvelle, qui servirait d'intro à tout ca, je la publirai en exclu des qu'elle sera finie. Sans doute jeudi ou vendredi ^^

See U soon!
Re: +++ Chicago: the Survival, la review +++
mer. 27/01/10 18:43
je veux bien, mais ca depend de ce que tu as besoin
moi je veux bien te fournir mes creations de monstres (meme les classiques en revisite) voir t'en creer d'autres car j'ai des petites idees sympa en tete que j'aimerais concretiser un jour
on peut aussi creer divers lieu pour les pjs qui soient un peu moins anodins et aidant dans la campagne (type une animalerie qui sert de passe pour des armes, un bar d'informaticiens ou encore divers centres de sports)
quelques pnjs humains, c'est simple car on peut decrire, une tite image et ils servent pour nos pjs
par contre, des pnjs hunters, je vois pas l'interet car je considere que dans ce jeu, les pjs sont au centre de tout
mais on peut en creer pour ceux qui sont de passage ou comme aide impulse (comme on dit dans mon boulot lool)



Angie

"Il n'y a pas qu'une Realite, mais j'ai ma Realite"
Re: +++ Chicago: the Survival, la review +++
mer. 27/01/10 20:50
Moi j'ai besoin de sceanrios et de PnJ divers. Après le reste je m'en charge.

Y'a une chose que je soulignerai ce soir c'est que les "PnJ Hunters" peuvent quant à eux, servir (et être relativement excellent) dans le scenario de fermeture d'une chronique : les PJ se séparent pour diverses raisons ; ils se rendent compte qu'ils ne sont pas seuls à Traquer ; que leur objectif commun ne passe pas par les même moyens d'accomplissement etc. etc. Les sujets d'introduction de tels personnages sont nombreux. Exemple : le comportement clément que les exterminateurs ont envers les "monstres" en général à rendu un vieux Juge inquisiteur en colère (Cf Salomon, hunter book : Judge). Cela peut créer un réel drame social (si si c'est vrai)!

Totuefois, je pense qu'effectivement, les premiers pas doivent se faire en petit groupe restreint, quasiment aveugle - ensuite la communauté arrive après. C'est difficilement introduisible dans un premier temps, (tout mélanger dès les début noierait totalement les PJ, ce qui est en général pas bon du tout) mais les rapports entre exterminateurs, qu'ils soient physiques ou virtuels est quelque chose d'assez fantastique! Le cadre Hunter-net est un truc très bien pensé, bien qu'un peu "fourre-tout" comme les bouquins du WoD 2 ;p

Je continu mon travail préparatoire, dès que j'ai une ossature solide, je te soumettrai tout ça et tu jugeras par toi même ^^ Sympa d'avoir répondu tout de même lol!
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter